Livre : The Lean Startup

Ecrit par Valérie Gondre le 9 avril 2012 dans Livres - Pas de commentaire

Le principe de « Lean Startup » est derivé du “Lean Manufacturing” mis au point par Toyota pour son système de production. Une startup est un catalyseur permettant de transformer des idées en produits. Durant toute la vie du produit, le leitmotiv va être de commencer par une version minimale et de procéder ensuite par itérations pour l’améliorer.

Définition d’un produit minimum « MVP »

Le but est de partir d’une idée, de créer un prototype et de vérifier la réaction de clients potentiels car le retour client est plus enrichissant que toutes les spéculations que l’on peut faire.

C’est pourquoi il est indispensable de définir un « MVP » (Minimum Viable Product) et de le faire tester le plus rapidement possible par des consommateurs réels.

Ceci permet d’avoir un retour d’expérience sur :

  • La clientèle ciblée,
  • La perception du produit,
  • Le moteur de croissance,
  • Les opérations.

L’un des aspects les plus frustrants du MVP est qu’il s’oppose à la notion traditionnelle de qualité. Cependant, investir dans la qualité présuppose d’avoir clairement identifié les attributs que le client va percevoir comme bénéfiques. Or, dans le cadre de la Startup, on n’a généralement pas identifié précisément qui est le client ni ce qu’il veut. Même s’il peut être perçu à la base comme de qualité médiocre, le MVP permet d’en apprendre plus sur le client.

De plus, la première cible est la population d’Innovators/Early adopters qui est une clientèle particulière et plus tolérante. Si la réaction au MVP est favorable, alors cela confirme que les hypothèses faites sur le produit sont correctes.

La startup entre alors dans une boucle sans fin  sur le cycle « Build-Measure-Learn » (Elaborer-Mesurer-Apprendre). A chaque itération, on teste de nouvelles hypothèses sur le produit, le marketing, les opérations et en fonction du retour on persévère dans la même direction ou on opère un pivot correctif.

Mesure du progrès

Pour une startup,  la mesure du progrès est donnée par le degré d’apprentissage. Cela correspond au retour d’expérience qui a pu être fait au cours des différentes itérations du MVP. Pas toujours facile à justifier,  notamment auprès d’investisseurs potentiels…

Comment différencier une entreprise qui se trompe de cible ou de stratégie d’une autre qui n’a pas encore de résultats concrets mais qui a assez étudié le terrain pour être prête à se lancer avec succès ?

Eric Ries préconise l’utilisation de métriques spécifiques privilégiant entre autres l’analyse de cohortes.

Les  métriques doivent répondre aux règles des « 3A » :

  • Actionnables (doivent mettre clairement en évidence les relations de cause à effet),
  • Accessibles (accessibles à tous les employés),
  • Auditables (Vérifiables, afin de ne pas blâmer la mauvaise cause).

Entrepreneurs / Intrapreneurs

Eric Ries définit une startup comme « une institution humaine conçue pour créer un nouveau produit/service dans des conditions de forte incertitude ».  On peut retrouver ces conditions dans des entreprises établies pour lesquelles il définit le terme d’intrapreneur par analogie avec celui d’entrepreneur. Cette définition élargit le champ d’application de la méthodologie proposée dans cet ouvrage et ouvre les portes pour booster l’innovation dans les grandes entreprises.